Gianfranco Cencio

Gianfranco Cencio (1) céramiste d’art

« Touche à tout » par nature, le jour où il a mis les mains dans la terre… elle l’a retenu ! Et lui, il n’a opposé aucune résistance : d’emblée il a trouvé dans son étreinte un plaisir magique, toujours à redécouvrir. Formes et couleurs, sculpture et peinture, mille possibilités expressives, cuisson au four à céramique (2) révélant des réactions et effets surprenants qui fixent l’œuvre pour … l’éternité : un rêve !
Il a fait le tour des techniques mais aussi des possibilités expressives dans les « boutiques des grands Maîtres » (3). Naturellement, il a commencé comme tout le monde par le pot, l’assiette, pour ne pas parler du cadeau empoisonné, le cendrier. La pièce utilitaire est le passage obligatoire pour tester les différentes techniques : montage en colombins, tournage, construction en plaques… Mais dès le début son but était l’objet « inutile », à réaliser surtout comme un défi aux dimensions. « Inutile » peut-être, mais toujours élégant, évocateur, qui plaît et qui naît chaque fois sous l’œil du visiteur sensible à la beauté et unicité de l’œuvre. Qui peut même vivre avec lui et embellir sa vie et son milieu. Donc pas « inutile » du tout ! La sculpture c’est le monde infini et fascinant des formes, l’une plus séduisante que l’autre, qui ne demandent qu’à sortir de la masse. (4)
L’inspiration dominante lui vient de la mer, de la musique, de l’architecture et des voyages : compensation des passions non rassasiées ? Mais aussi d’un goût affirmé de l’esthétique et de l’élégance.
De plus en plus ses sculptures sont complétées par un élément en métal. (5) Terre et fer, elle et lui, les deux façonnés par l’homme et le feu, forment un couple harmonieux qui exprime des valeurs de solidarité, d’équilibre, de force, de paix… et il s’expose, non pas en exhibitionniste, mais pour dialoguer un bref instant avec les visiteurs. Et pourquoi pas… pour donner une nouvelle vie à la pièce maîtresse de la maison.
—————–
(1) Il est né dans la ville maritime de Ancône, en Italie, venu en Suisse très jeune. Après sa formation à l’Université de Fribourg, il a enseigné au Cycle d’Orientation de Monthey. Depuis la retraite, son temps est dédié à l’Atelier de céramique d’art, « Lui XIV » et à la gestion de la galerie « Mosaico Artistico », à Fully.

(2) Deux cuissons: la première, « le biscuit » à 900°C, et la deuxième à 1080°C, pour l’émail.

(3) Il a longtemps fréquenté l’atelier de l’artiste sédunois Jean-Jacques Putallaz.

(4) Techniquement la sculpture en céramique ne répond pas à la notion traditionnelle de sculpture, comme pour le marbre, mais elle part d’une construction, généralement en plaques relativement fines, pour être façonnée en phase de finition avant d’être livrée à la puissance du feu.

(5) Il travaille le fer dans la forge pittoresque de Claude-Alain Grange, à Fully, en utilisant ses compétences notamment dans la soudure.

Afficher tous les 12 résultats

  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre
  • Acheter cette oeuvre