Interview de Maria Personnaz dans le Monde Economique
Nouvelles

Interview de Maria Personnaz dans le Monde Economique

Maria Personnaz, pourriez-vous nous parler de l’œuvre que vous avez choisi de nous présenter aujourd’hui ?

J’ai choisi de vous présenter « Conversation devant le Pacifique », 100×80 cm. Ce tableau évoque pour moi un beau souvenir : ma fille en conversation tranquille avec un ami à Seattle, à l’arrière du grand marché couvert. Je me tenais en retrait, j’entendais les murmures et les va-et-vient des passants, je sentais le souffle de la brise marine qui se glissait par les fenêtres ouvertes.

Parmi toutes vos œuvres, pourquoi avoir choisi celle-ci en particulier ?

J’aurais pu choisir n’importe quel autre tableau, mais dans celui-ci j’aime bien la simplicité du lieu. C’est un grand espace publique à l’architecture dépouillée, tout en couleurs chaudes, depuis lequel on regarde la vaste nature bleue et fraîche, l’océan, le ciel et les collines.

Dans quelle mesure, cette œuvre est-elle représentative de votre travail artistique ?

Elle est représentative au même titre que mes autres tableaux. Chacun d’entre eux parle d’un moment de sérénité, de contemplation. Un de ces moments bénis où notre cerveau fait un arrêt sur image. Je suppose que nous expérimentons tous des instants comme celui-là. Il est essentiel de ne pas passer à côté à cause de nos pensées qui nous détournent du moment présent. Les pensées c’est utile, mais en temps voulu. Je cherche à restituer sur une toile l’instant parfait, avec mes pinceaux et mes tubes de couleurs, comme d’autres le font avec des notes, des mots ou des matières pour sculpter. Pour certains il s’agit d’exprimer des émotions comme la tristesse, la nostalgie, la colère ou la peur, pour ma part il s’agit de l’émerveillement.

Quand je vous répondais que tous mes tableaux sont représentatifs de mon travail artistique, c’est qu’en fait chacun d’eux est comme une petite histoire à l’intérieur d’un seul et même livre.

A ce propos, comment définiriez-vous votre approche artistique ?

Je n’ai pas la chance de pouvoir spontanément poser des couleurs sur une toile en espérant voir le tableau se faire tout seul. J’aime prendre mon temps. J’utilise mes photos pour travailler. Elles sont essentielles pour moi, elles sont la base de mon travail. J’analyse ce que je ressens en les regardant, je m’en imprègne et je cherche ce qui en elles me procure cette émotion particulière. Ca peut être un détail ou l’ensemble. Ensuite je détermine comment je vais construire mon tableau afin d’exprimer au plus près ce ressenti. J’observe surtout la lumière et les ombres car ce sont elles qui me guident pour la mise en place de mon tableau.

Après cela, sur la toile, je transforme ce que je veux, je sature les couleurs, j’agrandis ou je rétréci les espaces, j’élimine le superflu, je déplace des éléments, parfois je superpose des détails d’autres photos qui n’ont rien à voir afin de créer une histoire différente. Enfin, quand le tableau prend forme et commence à vivre de lui-même, j’oublie les photos, devenues inutiles, et j’avance dans cette nouvelle aventure.

Voir l’article dans le Monde Economique

Articles similaires

Leave a Comment

%d blogueurs aiment cette page :