Isabelle Pugin
Nouvelles

Interview d’Isabelle Pugin dans le Monde Economique

Isabelle Pugin, pourriez-vous nous parler de l’œuvre que vous avez choisi de nous présenter aujourd’hui ?

Cette sculpture murale s’appelle « Dynamisation ». Elle est composée de 4 morceaux de chêne subfossile datant de 4000 ans et découvert près d’Yverdon et d’une pièce de tilleul tourné et ajouré sur une planche de hêtre échauffé. Le cadre est en aluminium, l’encadrement a été fait par la maison St Hilaire à Fribourg. Ses dimensions sont : 59 x 29,5 cm

Parmi toutes vos œuvres, pourquoi avoir choisi celle-ci en particulier ?

Elle est représentative de mon travail, d’une part par la pièce tournée et ajourée et d’autre part par la mise en valeur du bois dans une composition sobre et épurée. Son équilibre esthétique invite l’œil à déambuler dans les pleins et les vides, l’ombre et la lumière, le clair et le sombre. Grâce à la nature de ce bois exceptionnel et l’onde de forme dégagée par la pièce de tilleul, une réelle énergie positive se dégage de ce tableau.

Dans quelle mesure, cette œuvre est-elle représentative de votre travail artistique ?

Je travaille le bois, les racines, les branches flottées, les essences précieuses . Je sculpte, tourne, ajoure, assemble, compose ces différents éléments . Mon travail est minutieux, original et personnel.
Je travaille avec patience et passion. Mes mains font naître les formes et ma tête s’évade vers des mondes inconnus. Mes sculptures murales sont méditatives et inspirantes. Chacun peut y connecter son âme, y projeter ses pensées.

A ce propos, comment définiriez-vous votre approche artistique ?

Ma formation universitaire artistique m’a donné des bases esthétiques et techniques. J’ai commencé à travailler le bois en autodidacte puis j’ai pris des cours de tournage. Pendant 10 ans, j’ai fait des recherches, des essais, des expériences… Une photo de protozoaire siliceux a inspiré mes premières sculptures murales.
Je définirais mon approche artistique comme un sentier de montagne. Avant de partir , un bon équipement est nécessaire. Puis commence le sentier d’approche et la mise en jambes. Le cheminement est long et difficile. Il faut souvent s’arrêter, se retourner, contempler et reprendre des forces. Puis les petites victoires, les belles découvertes, les encouragements…. Et toujours le regard tourné vers le haut, les petits et grands objectifs, les rencontres et l’enrichissement progressif.

Voir l’article dans le Monde Economique

Articles similaires

Leave a Comment

%d blogueurs aiment cette page :